Planifier sa retraite, une perte de temps ?

Alors que les compagnies financières martèlent sans relâche les avantages de la planification de la retraite, Rusty Holcombe, PDG d’Holcombe Financial et auteur, affirme que cet exercice est une perte de temps.

Pour comprendre la position de M. Holcombe, il faut se dire que la mise en place d’un plan de retraite nécessite de faire une foule d’hypothèses sur les revenus, l’épargne et les rendements des placements sur plusieurs années. Il faut aussi prévoir le niveau de vie à la retraite.

«En tentant de prédire le futur de la sorte, les conseillers financiers jouent aux diseurs de bonne aventure, dit-il. Mais comment savoir avec certitude quel sera le taux d’inflation, les revenus ou les rendements au cours des 20 ou 30 prochaines années?»

«Je connais un homme qui a planifié minutieusement sa retraite, continue-t-il. Puis, à 55 ans, il a traversé un divorce douloureux et coûteux, et tous ses efforts ont été anéantis.»

Penser au moment présent
Rusty Holcombe compare le plan de retraite à un macroscope qui permettrait de faire un zoom plus ou moins flou sur les vieux jours. «Les gens devraient plutôt s’attarder au moment présent, c’est-à-dire utiliser un microscope», dit-il.

«Le plan de retraite laisse en outre sous-entendre que les placements vont régler le problème du financement des vieux jours, ajoute l’auteur. Ils vont faire fructifier l’argent de sorte qu’on ait la retraite rêvée.»

«Mais les miracles n’existent pas, continue-t-il.  Si notre but était de perdre du poids, il faudrait aller au gym et s’entraîner.»

Lorsque le but est d’avoir une retraite dorée, il faut s’enrichir d’une façon ou d’une autre durant la vie active. Pour certains, la solution sera de travailler et d’épargner, alors que d’autres se lanceront en affaires ou investiront dans l’immobilier.

Une fausse tranquillité d’esprit 
«Ce que fait surtout le plan de retraite, pense Rusty Holcombe, c’est de réconforter les gens. Il leur dit: si vous faites telle ou telle chose, vous aurez tel ou tel résultat. Mais cette pensée est malsaine, car personne ne contrôle l’avenir.»

Un individu pourrait, par exemple, mettre beaucoup d’argent à la Bourse, mais si les marchés s’effondrent au mauvais moment, ses projets seront compromis. Lors de la crise des prêts hypothécaires à risque, beaucoup de travailleurs ont ainsi été obligés de reporter leur retraite…

Rusty Holcombe. (Holcombe Financial)Voire même, un mirage
«Je deviens nerveux, dit-il avec ironie, lorsque je vois des plans de retraite et constate qu’ils se composent essentiellement de prévisions. Aucun de ces plans ne fait l’hypothèse que la personne gagnera moins d’argent avec le temps.»

«Des hypothèses trop optimistes, continue-t-il, peuvent être dangereuses.» L’individu peut penser qu’en mettant un montant déterminé de côté, il aura les millions dont il rêve pour sa retraite. Même si le conseiller le prévient des limites de ces prévisions, il peut croire aux chiffres qu’il voit et être influencé par eux.

Mais si on met au rencart le plan de retraite, comment peut-on s’assurer d’avoir une belle qualité de vie à la retraite ? Selon Rusty Holcombe, la clé consiste à comprendre les ingrédients essentiels pour être confortable durant les vieux jours.

«J’ai constaté, dit-il, que les gens qui sont comblés à la retraite ont les caractéristiques suivantes: ils touchent des revenus qui leur permettent d’avoir un niveau de vie satisfaisant; ils n’ont pas de dettes ; et ils ont un filet de sécurité qui les protègent en cas de pépins.»

«Certains ne sont pas réellement retirés, ajoute-t-il. Ils travaillent encore. Mais pas par obligation. Ils font tout bonnement ce qu’ils aiment.»